Le rêve américain au bout du doigt ?

Le rêve américain va peut-être se réaliser pour deux startups luxembourgeoises, ADcorp et Hypallages. Elles viennent de signer avec Lutexia Energy (www.lutexia.com), une société basée en Floride, un contrat pour sa campagne de financement participatif (crowdfunding). L’entreprise américaine, spécialisée dans la production et la distribution d’énergie solaire de proximité à bas coûts, souhaite lever au moins 150.000 USD sur la plateforme Kickstarter en moins de 8 semaines.

Un projet ambitieux

Le défi est de taille : Lutexia Energy est encore inconnue aux Etats-Unis et a besoin de fonds pour développer son concept révolutionnaire qui consiste à créer des centrales de production d’énergie solaire dans les hôpitaux, les hôtels, les immeubles en copropriété et bientôt les particuliers. « C’est ce qui nous a décidés à accepter le projet », explique Julien Duckers, le CEO d’ADcorp. « Pour nous, Lutexia Energy est la symbole même de la révolution verte en marche et nous avons voulu nous y associer ».

Un message percutant et mobilisateur

Préparer une campagne de crowdfunding ne s’improvise pas, nécessite du temps et de l’expertise. Et, contrairement aux idées reçues, une mise de fonds minimale est nécessaire, ne fût-ce que pour réaliser la vidéo de présentation du projet.  « Faire appel à des professionnels donnera un message toujours plus percutant et efficace qu’une vidéo réalisée  par des amateurs, aussi éclairés soient-ils », poursuit Julien Duckers. « Ma société prend en charge  toute la partie visuelle : du web aux photos en passant par les prises de vues vidéo, notamment par drones. Quant au contenu, je me suis associé avec la société Hypallages. »

Hypallages est une société spécialisée dans le content marketing, la recherche d’influenceurs, les réseaux sociaux et les campagnes de crowdfunding. « Toutes ces activités sont liées », précise Stéphane Etienne, le CEO d’Hypallages. « S’inscrire sur une plateforme de crowdfunding, même si celle-ci est internationalement reconnue comme Kickstarter, Indiegogo ou Ulule, ne suffit pas pour atteindre ses objectifs de récolte de fonds. Les exemples d’échec sont légion. Pour réussir sa campagne de crowdfunding, il faut pouvoir mobiliser une communauté autour de son projet via les réseaux sociaux, le bouche à oreille, l’e-mailing et les influenceurs. Le contenu est également très important. Pour être mobilisateur, le discours doit être accrocheur, convaincant et porteur de valeurs auxquels les candidats supporters peuvent facilement s’identifier.»

Une obligation de résultats

Ces deux complémentarités ont visiblement séduit l’entreprise américaine. « Notre business model également », concluent les deux partenaires. « Notre rémunération est liée à une obligation de résultats : 50% avant la campagne et 50% après en cas de réussite ».

HAUT 183344627f71efa29579146e7c0384ee99999999